GAHILA, tome 2 de Elisabeth Charier

Format ePub et Kindle Achat direct sans DRM

À travers les guerres tribales, le combat entre Bahass et Araya a repris sur Gahila. Ayrial, un jeune Herrien, arrive en territoire jaya protégé par une frontière invisible et infranchissable. Il reçoit une formation de mage.

Zarah, la future reine tombe amoureuse de ce garçon aux pouvoirs grandissants. Il doit seconder le Promis dans sa lutte contre Bahass. Leurs principaux adversaires, les Arzacs, dirigés par Thora, cherchent une brèche pour atteindre et attaquer les jayas, défendus par une sphère puissante.

Bahass communique à son Promis, Talah, les clefs de la victoire, mais tout n’est pas joué d’avance. Ayrial pourrait tout remettre en question : le destin de Gahila, le triomphe de Bahass sur Araya, l’avenir des ethnies…

ISBN numérique : 978-2-89717-927-4
ISBN papier : 978-2-89717-926-7

DU MÊME AUTEUR : Gahila, tome 1

***

L’avis des lecteurs sur le tome 1

Écrit avec une maîtrise parfaite, ce livre mérite qu’il fasse partie de notre bibliothèque numérique ou papier !Perez sur Amazon.fr

*

L’imagination de cette auteure n’a pas de limites. Une création minutieuse, travaillée, forte, teintée d’écologie (très actuel sur la dépendance énergétique), de lutte entre le mal et le bien. – Scribouy’art sur Amazon.fr

Édition papier – 21€

  • ISBN : 978-2-89717-926-7
  • Broché 450 pages – 13×20 cm
  • Frais de port 2,99€
  • Délai de livraison de 5 à 7 jours ouvrables
Ajouter au panier

Vous pouvez également le commander sur Amazon ou chez votre libraire habituel

Le Jaya lança son lasso luisant en direction de la proue. La boucle s’y enroula et il tira.

Le phyton s’aligna sur le rythme de l’embarcation, puis la dépassa pour la freiner en douceur. La barque approcha la rive couverte de hautes herbes peignées par la bise hivernale. Du coin de l’œil, l’homme observa l’enfant qui les agrippait pour la ralentir et enfin la stopper. L’énorme monture s’arrêta et, sans lâcher la corde, le successeur de Jénon bondit au sol.

L’animal s’éloigna paisiblement sur la plaine immense secouée par les vents.

En quelques enjambées, Lariha rejoignit la berge, dévala le talus et sauta au centre de l’embarcation zorous que le courant tentait d’emporter. L’arrière chassait déjà. Il s’assit sur le banc du milieu et s’octroya une pause afin de laisser retomber l’excitation qui emballait son cœur.

Il détailla l’enfant serré dans un manteau trop petit.

Il a beaucoup grandi.

Le pantalon de toile épaisse lui découvrait les mollets, ses pieds nus commençaient à bleuir, mais il ne tremblait ni ne gémissait. Il examinait ses vêtements de cuir de phyton qu’il imaginait chauds, sans doute.

Lariha jeta un œil au braséro éteint et rempli de boules végétales qui n’attendaient qu’une flamme pour les réchauffer. D’un clignement de paupière, il provoqua l’étincelle et elles rougirent. Ayrial y colla les orteils, leva vers lui un regard reconnaissant et les milliers d’étoiles qui constellaient ses iris transparents le saisirent. Elles semblaient chacune investies d’une vie propre.

— Tu parles vados ? s’enquit l’enfant.

— Oui. Mais nous sommes les seuls sur ce territoire.

Alors, le Promis d’Araya tendit la main vers lui.

Lariha comprit qu’il demandait le contact à la façon des Zorous. Il se pencha pour le laisser effleurer sa tempe droite, puis se redressa et le contempla.

L’attente ne dura qu’un instant. Un sourire pensif éclaira le fin minois et le regard lumineux se posa de nouveau sur lui.

— Il paraît que les Namris ne peuvent pas prononcer les mots zorous, dit-il en Jaya. Moi, je suis Herrien, alors je peux parler comme eux.

— Tu apprends vite, impressionnant.

— Merci.

Lariha empoigna les rames et dégagea le bateau de la glace.

— Où on va ?

— À Naatyl, dans la maison du mage. Tu verras, il est très gentil.

— C’est loin ?

— Je naviguerai pendant dix jours. Ensuite, nous marcherons.

— L’animal t’a abandonné ?

— Le phyton est reparti, oui. Il n’accepte aucun passager, mais il avertira Jénon de ton arrivée.

À l’aide de sa rame droite, Lariha repoussa la berge et le courant les reprit. Sa force diminua sa peine, il se contenta de garder la barque dans son axe et laissa l’enfant silencieux l’examiner. À quoi pensait-il ? Son aspect l’effrayait-il ? Il se savait géant par rapport aux ethnies qu’il avait rencontrées et sa peau noire devait trancher avec le vert de celle d’Ako ou le brun de celle de son père.

Au crépuscule, les paupières voilèrent les iris lumineux et Lariha se sentit libéré d’un poids. Il rangea ses rames et installa confortablement le réfugié sur l’herbe sèche disposée au plancher par les Zorous. Puis il se cala contre la proue et ferma les yeux.

Une partie de son esprit garda le cap, l’autre remonta le temps.

Disponible également au format ePub et/ou Kindle sur iBookstore Apple, Amazon.fr, ca et com, Kobo France et Kobo Canada, Google Play, Archambault.ca, ePagine.fr, Bookeenstore, Chapitre.com, Relay.com, Decitre, Cultura, Nolim Carrefour, Feedbooks et + 

Plus de titres de la même catégorie